La cure de raisin

 Fin de l’été, début de l’automne : c’est le moment propice pour entamer une cure de raisins. Elle est souveraine pour effectuer un grand nettoyage d’automne sans trop d’efforts et dans le plaisir ! Pratique de santé très ancienne puisque les Grecs, les Arabes et les Romains la faisaient déjà. Le docteur Johanna Brandt l’a remise à l’honneur dans les années trente. Quelques conseils pour la mener à bien.

Pourquoi faire une cure de raisins ?

L’alimentation quotidienne et ses excès encrassent l’organisme. Peu à peu, il tourne au ralenti sans que nous y prenions garde. La cure de raisins va nettoyer nos différents organes d’élimination : foie, intestins, reins, peau et les mettre au repos pendant quelques jours. Ainsi désintoxiqué, le corps va retrouver sa vitalité

Les bienfaits de la cure

La cure de raisins agit sur la digestion, le transit intestinal, le nettoyage de la peau, la correction du terrain acide des rhumatisants, la relance des défenses immunitaires, le surpoids, l’équilibre du psychisme ...

A qui s’adresse-t-elle ?

A tous. Sauf aux diabétiques et aux pathologies lourdes. Les enfants mangeront comme d’habitude et ajouteront du raisin aussi souvent que possible à leur alimentation.

Comment la pratiquer ?

Préliminaires

1- être motivé et aimer le raisin !
2- choisir une période sans trop de sollicitations extérieures
3- commencer par 3 à 7 jours de cure la 1ère année
4- la débuter quand le raisin est abondant et bien mûr (fin août, fin octobre)
5- ne consommer que du raisin biologique : risque d’irritations digestives avec des raisins traités
6- ralentir ses apports alimentaires 3 jours auparavant en supprimant alcool, thé, café, chocolat, protéines animales.
7- procéder à un lavement la veille de la monodiète

La cure

Ne consommer que du raisin tout au long de la journée, en 5 ou 6 prises fractionnées. La quantité à prévoir est de 1 à 2 kg ou davantage par jour, en alternant le raisin blanc et noir. 
Boire de l’eau, du jus de raisin et des tisanes : vigne rouge, romarin, cassis, bruyère, bouleau...

Les effets indésirables

Plus l’organisme est intoxiqué, plus il y a risque de désagréments. 
1- des maux de tête, vite soulagés par une boisson chaude
2- de la fatigue, due à la réduction des apports caloriques
3- de la frilosité, des nausées et des vertiges
4- de la constipation
5- fièvre, éruption cutanée, rhume sont les symptômes d’une crise d’élimination. Consulter un médecin en cas de forte fièvre.

La reprise de l’alimentation

Elle se fait de façon très progressive, en privilégiant les végétaux les premiers jours. On maintiendra les bienfaits de la cure en adoptant une alimentation riche en fruits et légumes, céréales, poissons, huiles d’olive, de colza, modérée en graisses animales, fritures et sucres raffinés.

Conseils pratiques

- Réserver le raisin à l’avance en petite cagette, pour l’avoir frais et ne pas tomber en rupture ! 
- Au bout de quelques jours, il sera peut-être nécessaire de ne plus avaler les pépins, s’il y a une irritation à l’intérieur de la bouche et de recracher les peaux en cas de constipation
- Pour plus de confort, éviter de démarrer votre cure en fin de saison où la température est plus fraîche. Pensez à vous couvrir davantage ! 
- Si vous hésitez encore pour cette année, apprivoisez la cure en remplaçant un repas par une belle grappe de raisins pendant quelques jours.

 

Article parue dans biolineaires.com